Le roi de Coeur de Jean-Luc Marcastel

 



Quatrième de couverture 

Le capitaine Malo Sinclair et son inséparable adjoint, l'incontournable Albert, exercent leurs talents à Paris. Lorsque le cadavre d'une jeune femme est retrouvé dans la Seine, on leur confie l'enquête. Car notre capitaine connaissait la victime. Ancienne camarade et amante, Marie appartenait à l'une des plus vieilles familles aristocratiques françaises.
Dévasté par le drame, Malo est convaincu qu'il ne s'agit pas d'un suicide. En se lançant dans ses recherches, le duo infernal découvre que les monstres à l'origine de la mort de Marie n'en sont pas à leur coup d'essai et que toutes leurs proies gravitent au sein du même milieu. Pourtant plus leurs investigations avancent, plus le mystère semble s'épaissir... Notre capitaine commence à soupçonner que cette affaire ne menace pas seulement quelques jeunes aristocrates, mais la république toute entière. Est-il encore le temps de tout arrêter ?

Mon avis
 

C'est le premier livre de Jean-Luc Marcastel que je lis. Pourtant, il y a sept ans, je rencontrais cet auteur aux Imaginales à Epinal. Il est un auteur jeunesse essentiellement et j'en lis de moins en moins. Et là, je tombe sur un roman pour adulte.
Le titre et la couverture ont attiré mon attention et m'ont plu de suite. On y voit un cœur humain doré sur une fleur de lys. Le titre Le roi de Coeur  me fait penser aux jeux de cartes. Le titre évoque aussi un possible roman historique mais la quatrième de couverture nous apprend que c'est un roman policier.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas un bon roman policier. Dès les premiers chapitres, je n'ai pas été déçue. L'auteur, de par son écriture simple, nous fait entrer de suite dans son univers. Au fur et à mesure des mots défilaient devant mes yeux, le dessin animé tant les descriptions des lieux et  des personnages étaient précis. Je voyais leurs réactions comme sur un écran de cinéma. Je me baladais dans Paris tout au long des chapitres. Je me suis attachée aux personnages et à leurs émotions. Ça a été un crève cœur quand je suis arrivée au dernier mot et que j'ai fermé cet excellent roman policier.

Petit plus, Jean-Marcastel garde le suspens jusqu'au bout de l’enquête comme dans les romans d'Agatha Christie.
A vous maintenant de découvrir ce chef d'oeuvre.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Alter-Ego de Neil Thomas

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

La pucelle et le démon de Bénédict Taffin