Tambours dans la nuit de Victor Dixen


Quatrième de couverture

Quand se taisent les trompent des batailles, s'éveillent les tambours de la nuit ...

1812. Pierre, dix-huit ans, s'engage dans les troupes de Napoléon. Quelques jours plus tard débute la plus ambitieuse guerre de l'Empereur : la campagne de Russie. Mais la musique de la conquête n'est pas faite que de marches victorieuses. D'où viennent les sinistres roulements de tambours qui résonnent après le crépuscule ? Qui sont les membres du régiment anonyme, unité de la Grande Armée oubliée des livres d'Histoire ?

D'adagio en fortissimo, de misterioso en furioso ... Victor Dixen réorchestre l'une des pages les plus terribles de notre passé, dans une vertigineuse symphonie en six mouvements.



Mon avis

Les mots sont une musique à leur manière. Suivant comment une histoire est racontée, elle suit son rythme et les émotions en font la mélodie.
Ici, on retrouve toutes les nuances composant une symphonie :
- adagio : croissance - rythme : tempo lent
- crescendo : lente - intensité : en augmentant progressivement le son
- fortissimo :fort - intensité : très fort
- misterioso : mystérieuse
- doloroso : douloureux
- furioso : furieux - rythme : tempo rapide

Toutes ces indications nous montre comment le tambour Pierre Valandrin va vivre la plus grande guerre de Napoléon. En quelques pages, on va s'attarder aux états d'âme du personnage. On va le suivre afin de savoir ce qu'il va devenir pendant et après la guerre.

Victor Dixen a crée une mini symphonie qui nous entraîne dans tous les états d'âmes de son héros avec brio afin de nous faire vivre cette guerre napoléonienne. Il nous donne envie de mieux connaître cette partie de l'Histoire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte