Le Petit Prince d'Antoine Saint-Exupéry



Sur cette édition, il n'y a pas de quatrième de couverture. Deux chaque coté du coffret se trouve le même aquarelle et sur le livre, rien de particulier est imprimé.

Sur les éditions poche, voici la quatrième de couverture que l'on peut trouver, qui est un extrait du livre :

J'ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu'à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s'était cassé dans mon moteur. Et comme je n'avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C'était pour moi une question de vie ou de mort. J'avais à peine de l'eau à boire pour huit jours. 
Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un naufragé sur un radeau au milieu de l'océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m'a réveillé. Elle disait : ... 
" S'il vous plaît... dessine-moi un mouton ! "
- Hein!
- Dessine-moi un mouton...
J'ai sauté sur mes pieds comme si j'avais été frappé par la foudre. J'ai bien frotté mes yeux. J'ai bien regardé. Et j'ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement.
 
 
  
Je tiens à préciser que je ne chronique pas ce livre à cause du film qui est sorti récemment au cinéma.

Cette chronique risque de vous surprendre par rapport à celle que vous avez l'habitude de lire sur ce blog. Ce livre, je le connais depuis longtemps et il me suit depuis longtemps : c'est un livre qui a beaucoup compté et qui compte toujours autant dans ma vie.

Mon premier contact avec cette histoire remonte à mon enfance : ma mère me le lisait.
Quand on est enfant, ce récit est un peu triste mais on note quand même un certain espoir.
En grandissant, on note certains points clés qui sont des constatations de la société des adultes.
Ce livre m'a aider à grandir.

Dans ce livre, nous avons deux héros.
On commence par l'aviateur. Il nous conte son enfance et nous explique d'où il tient son âme d'enfant et que c'est un adulte incompris parmi les adultes. Il nous raconte tout ca afin que l'on comprenne l'histoire qu'il va nous narer : celle du Petit Prince.
Le Petit Prince est un personnage auquel on s'attache facilement. C'est un être plutôt solitaire. Il décide de quitter sa planète suite à une dispute avec sa rose. Il va visiter plusieurs planètes avant d’atterrir sur la terre. L'aviateur est la deuxième rencontre qui le marquera. La première étant le renard qui lui révèlera comme secret :
: « On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. »


« Et aucune grande personne ne comprendra jamais que çà a tellement d'importance. »
Cette phrase est parfaite pour résumer ce livre. Tout les enfants du monde mais aussi les adultes qui ont gardé leur âme d'enfant comprenne cette phrase.
A lire sans limite d'age.

Ce livre m'as inspiré un texte en novembre 2000 : 


Le mal de la solitude

 

On passe sa vie à chercher
Une personne sachant nous comprendre,
Des amis ou un amant ou une amante.
Mais on trouve rarement ce que l’on cherche,
Alors on se réfugie dans un monde unique
Qui ne nous déçoit pas, celui de notre imagination.

Dans ce monde où la violence règne en maître,
Dès que l’on possède un peu trop d’imagination,
On passe pour un farfelu, un dingue
Ou une personne ayant oublié de grandir.
Rester dans le monde de l’enfance
Que les adultes dénigrent parce qu’ils ont oublié.

Quand on est enfant, on a la tête remplie de rêves
Que les adultes s’empressent de détruire :
Ils inculquent aux enfants les notions de travail, d’argent
Et tant de choses que ces derniers ne comprennent pas.
Mais le plus souvent, ils oublient de parler de l’essentiel :
L’importance des sentiments que représentent l’amitié ou l’amour.

Au fur et à mesure que l’on grandit,
On s’aperçoit que les adultes sont hypnotisés
Par les contraintes quotidiennes de ce monde
Auxquelles ils souhaiteraient échapper
Ou voudraient supprimer pour un monde meilleur.
Mais toutes les portes se ferment au moindre essai.

On passe sa vie à chercher
Quelqu’un à qui offrir toute la tendresse qui nous habite,
Quelqu’un à aimer pour la vie, sans aucun obstacle.
Mais on trouve rarement l’objet de nos désirs.
Toutes les personnes un jour ou l’autre veulent
Fuir la solitude ; mais celle-ci vous rattrape un jour,
Sans crier gare et reste pour toujours,
Pour finir sur un point de non-retour :
Un point de non-retour.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte