Si j'étais un rêve de Charlotte Bousquet





«JUSTE NOS STYLOS ET DU PAPIER POUR CROISER NOS VIES ET NOS PENSÉES.
COMME BOÎTE AUX LETTRES : LE LYCÉE.» 



Lina et Nour s’écrivent de longues lettres. L’une décrit sa vie à Sofia, en Bulgarie, l’autre évoque les immeubles gris de la Seine-Saint-Denis. Une amitié forte se tisse peu à peu. La correspondance se transforme en confidences, les inconnues deviennent amies et partagent leurs coups de gueule, leurs coups de cœur, leur cri de guerre. Mais un jour Nour devient distante…
 
Ce livre m'a rappelé le plaisir que j'avais au collège que l'on avait à écrire un inconnu.
Le plaisir d'attendre une lettre déposée par le facteur et de lire les mots de cet inconnu au départ, et qui finit par devenir un ami au fil des mois.

Il démontre que derrière ces mots, on peut aussi mettre sa véritable personnalité en valeur tout en cachant la réalité, une réalité dans laquelle on se sent mal et où on ne se sent pas à sa place.
Et puis un jour, on se tait, on écrit plus. Soit on tombe sur un correspondant qui s'en fiche, soit que un correspondant qui cherche à comprendre comme Lina.

Ce livre est un superbe témoignage de tolérance et d'amitié. Et il rend hommage au plaisir de recevoir du courrier et de correspondre par une voie classique sans internet.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte