À l'orée sombre d'Élisabeth Ebory




Écoutez : le chant des passeurs s’élève dans les nuits de neige.

Observez : une silhouette d’or s’échappe sur les grands boulevards.

Traversez les miroirs brisés ; bravez l’obscurité. Dans le crépuscule des villes amères, la brûlure de la colère est un sortilège de plus ; la magie de la nuit elle-même caresse l’âme des sorcières.

Saisissez les rubans noirs : l’encre trace le chemin à suivre. Sur le pas des enfers, à la lisière des grandes forêts de ténèbres, dans la cité de Féerie… quelqu’un attend. Et vous tend la main. 

C’est une invitation qui ne promet rien qu’un voyage. Il commence à l’orée sombre d’un monde étrange. L’univers farouche des fées d’encre.



Ce recueil de nouvelles est découpé en trois mouvements comme un opéra est découpé en actes afin de nous faire découvrir le monde féérique.


Je vais vous présenter les nouvelles qui m'ont le plus marquées dans ce recueil à la couverture magnifiquement féérique.

Burning raconte l'histoire d'une jeune fille qui cherche à échapper à des brimades de voyous. Elle pense que la magie est une bonne solution mais elle doit aussi connaître le prix à payer de la magie.

Une jeune femme va voir un psy et se remémore ses souvenirs qui peuplent son esprit. Elle ne fait pas la différence entre ses souvenirs réels et ceux qu'elle inventait pour survivre. À l'assaut est une nouvelle qui nous montre à quel point l'être humain à besoin de réver. L'auteur fait un clin d’œil à Juliette Benzoni et la saga des Catherine : ses romans qui l'ont révélés au grand public.

April raconte l'histoire d'un producteur de clips musicaux qui vit une aventure avec la personne les accueillants à April Country, une ville féérique. 

Une nuit magique où l'on vit l'instant d'une nuit de plaisir et d'amour. Nuit d'été est rythmée et sa mélodie est envoutante, on la suit avec plaisir.

On s'en retourne au pays des fées dans la nouvelle Un soir, comme on embrasse. Un groupe de musique se produit en féerie. La reine des fées veut garder le chanteur pour elle mais le chanteur est amoureux de son côté d'un roodie nommé Tell. Deux histoires d'amour qui s'enlacent, un pur moment d'émotion. C'est d'ailleurs la nouvelle qui m'a le plus emportée du recueil.

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture d'Élisabeth Ebory, toujours pleine d'émotions qui nous emmènent dans ce monde. Un bon recueil de nouvelles nous contant des féeries.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte