La dernière nécropole de Gabriel Eugène Kopp






Quatrième de couverture 



Petite cuisine cosmologique : de l’art d’accommoder les beignets à la sauce hard science

Un artefact en forme de tore, découvert dans la ceinture de Kuiper ; à l’intérieur, des milliers - millions ? - de gisants, nus et calmes dans une lumière bleue, bercés par une musique aux accents inconnus. 

Ici, la lumière courbe l’espace ; les morts sont remplacés à l’identique ; rien n’est mesurable. 

Ici, les tores se retournent au mépris des règles élémentaires de la topologie. Mais la crise du logement est terminée. Enfin, elle le serait si on comprenait comment tout ça fonctionne... 

Les scientifiques ont mauvaise mine. 

C’est peut-être qu’ils ne se posent pas les bonnes questions...



L'histoire débute sur la découverte d'un cargo empli de cercueils avec des personnes gravement blessées mais qui ne meurent pas. On suit un personnage à la fois bourru mais attachant et avec sa migraine,

Ce texte est aussi un hommage à plusieurs textes et auteurs ( je ne suis pas sûre d'avoir trouvé toutes les allusions).

Par contre la typologie du texte change de façon régulière et m'a un peu dérouté. Ainsi j'ai du par moment relire certains passages afin de faire abstraction de ces changeants,

Néanmoins cette nouvelle se dévore !!!!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte