Oméga de Déborah J. Marrazzu


Quatrième de couverture 

Notre monde n'est pas unique. Il existe dix dimensions parallèles à la nôtre, toutes reliées entre elle.


Elles sont sur le point d'imploser.

Moi seule peux empêcher la fin de notre monde. Je m'appelle Olivia et je suis une



OMEGA

Mon avis
 

Comme tous les ans, je vais aux imaginales d'Épinal. Cette année, ma meilleure amie Mathilde était présente. À peine on s'était retrouvé qu'elle m’entraîna avec le stand des Éditions Kitsumegari. Elle avait fait le voyage de Paris en covoiturage avec l'une de leurs auteurs. Elle savait que certains des livres de cette maison d'édition me plairaient. Un panneau annonce pour deux livres achetés, un livre offert. Je l'avais vu lorsque la première fois, j'avais fait le tour de la bulle du livre mais pour moi, ce n'était pas forcément un argument d'achat.

Regardant avec plus d'attention le stand, mon regard fut immédiatement attiré par une couverture. Cette couverture s'est celle de l'ouvrage dont je vais vous faire la chronique. Son coté très épuré, avec sa rose des vents stylisée en son centre sur un fond marron. Je retourne le livre pour lire la quatrième de couverture. Je tombe sur un texte plus énigmatique que jamais. En parlant avec l'auteur, elle me dit que cela est parfaitement voulu. Je l'achète et je le fais dédicacer par l'auteur.


On est très rapidement plongé dans l'action et l'intrigue dès le second chapitre. On y apprends qu'Olivia est une oméga suite à des événements étranges vécus dans le premier chapitre.

Olivia est une jeune fille de 18 ans dont la vie bascule du jour au lendemain de son anniversaire. Elle voit des choses étranges ; des drugos comme sa mère le lui apprend. Malgré le fait que sa vie soit bouleversée, elle va réussir à garder le cap et avancer. C'est loin d'être une héroïne parfaite mais c'est ça qui la rend sympathique.
Nick est un personnage parachuté par l'auteur dans les dix premiers chapitres . Il est le descendant du grand Nickolas Tesla. Olivia se retrouve à lui faire confiance très rapidement. Son coté à tout vouloir diriger m'as très vite agacé. D'une certaine manière, il manipule les gens pour qu'il aille dans son sens.

L'auteur écrit très bien et le livre se lit très rapidement. Malheureusement ce one-shot a aussi ses faiblesses. Il y a des points qui manquent de développement. J'aurais aimé en apprendre plus ce que sont les drugos, les voyageurs et sur les dimensions. Je pense que l'auteur devrait écrire un autre one-shot sur cet univers.

Foncer le lire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte