Maeve Regan tome 1 : Rage de dents de Marika Gallman




Avant, ma vie était simple : l’université si j’en avais envie, les hommes quand j’en avais envie. Et je n’avais aucun problème qu’un barman ne puisse m’aider à résoudre.
Ça, c’était avant qu’on essaie de me kidnapper. Aujourd’hui, tout semble être fait pour me foutre en rogne.

Petit 1 : j’apprends que ma famille n’est pas ce qu’elle semble être.
Petit 2 : l’homme qui m’a élevée me ment sans vergogne.
Petit 3 : des types douteux me poursuivent.
Et petit 4 : il semblerait que je ne sois pas tout à fait humaine…

Ah, j’oubliais ! Mon seul allié dans ce merdier est un vampire charismatique dont le passe-temps favori est de me martyriser en me rappelant à quel point je ne suis pas si différente de lui.

Quand je vous dis qu’il y a de quoi s’énerver !


Avant, ma vie était simple : l'université si j'en avais envie, les hommes quand j'en avais envie. Et je n'avais aucun problème qu'un barman ne puisse m'aider à résoudre.
Mais là, depuis un moment, rien ne va plus.
Le type sexy qui me draguait a rendu son déjeuner quand on a voulu concrétiser.
J'ai cassé le nez du copain de ma meilleure amie, et elle ne l'a pas très bien pris. Lui non plus, d'ailleurs. Ensuite, je me suis mise à faire des cauchemars. Et tout çà, avant qu'une bande de vampires décide de redécorer mon appart et qu'un colosse me kidnappe.
Quand je vous dis que ce n'est pas ma semaine ...


Maeve est une jeune fille surprenante aimant la bagarre et passant son temps à renier ses sentiments. Elle est attachante car elle est prête à braver tous les dangers afin de découvrir ce qu'elle est vraiment : humaine ou pas. Elle va fréquenter un vampire charismatique : Lukas. Il est particulièrement agaçant au départ mais il va se révéler être un sérieux atout afin que Maeve trouve sa voie.

Cet ouvrage est écrit à la première personne du singulier. On suit le raisonnement psychologique de l'héroïne dans ses engagements et pour ce qui est des sentiments. L'héroïne devient une amie que l'on côtoie et que l'on as envie de soutenir et d'aider. J'aime beaucoup la manière dont l'auteur : Marika Gallman, nous la rends si proche, comme si certains événements, c'était elle qui les avait vécu.

C'est mon premier roman d'Urban-Fantasy. J'ai donc découvert un nouvel univers grâce à Marika Gallman. Vivement que le tome 2 paraisse.

Les deux quatrièmes de couverture représente bien l'histoire avec autant d'humour que l'écriture de l'auteur. Juste un point qui me dérange, même si je préfère la couverture de Milady, l'héroïne porte tout le temps un top noir et non blanc : petite incohérence.



Bon allez aujourd’hui je m’improvise « critique littéraire » (quitte à être prétentieux autant l’être jusqu’au bout) et je tente de vous rédiger un petit avis (mon premier) sur le premier roman de Marika Gallman : « Rage de dents ».
Alors soyer un peu (même beaucoup) indulgent c’est la première fois que je m’attaque à un livre.
Alors bon je ne vais certainement pas être très novateur et vais commencer par le classique avis perso : J’ai adoré ce livre.
Je n’avais jamais lu de littérature de ce nouveau genre littéraire et j’avoue que j’ai été agréablement surpris. Pour vous donner une idée, je suis généralement lent dans mes lectures même lorsque les histoires m’intéressent, mais là je l’ai dévoré après avoir été mordu (oui bon fallait bien que je fasse une blague pourrie sur le fait que ça parle de vampires).
 
Voyons maintenant les différents points qui ont fait que j’adhère à l’histoire :
 
En premier lieu, l’humour de l’héroïne et les nombreuses références qu’elle possède. En lisant j’ai eu l’impression de me lire tant l’humour est proche du mien (bon ce ne sera peut être pas un bon point pour tout le monde mais pour moi SI). Je me suis parfois retrouvé à rigoler tout seul dans mon coin (parfois même dans le train) en lisant les remarques sarcastique teintées de références de l’héroïne (certaines encore pire que les miennes).
   
Second point, l’héroïne elle-même. Je l’ai trouvé attachante (il semble que je ne suis pas le seul). Ayant eu le plaisir de rencontrer Marika, je me suis représenté Maeve (la perso principale) avec ses trait, ce qui a eut comme effet de me plonger encore plus dans l’histoire.
 
Troisième point, l’histoire. Alors là chapeau. Des rebondissements très bien amené qu’on en voit pas venir (à part un qui m’a paru un poil trop évident). Une histoire riche et complexe qui oblige le lecteur à vouloir en savoir plus, les informations étant distillé avec parcimonie (très gentille cette dame) et souvent au moment opportun.
 
Quatrième point, la romance. Bon alors je suis un mec (*regarde entre ses jambes pour vérifier quand même* *oui ça va j’en suis un*) et donc dans ce domaine ce qui pour moi est un point positif se transformera peut être (surement même) en point négatif pour la gente féminine et vice versa.
Donc la romance disais-je, alors oui il y en a, oui on retrouve un triangle amoureux qui semble être une des marque de fabrique du genre, mais la romance ne prend pas le pas sur l’histoire et vient s’ajouter pour rajouter une touche d’humour en provocant des scènes cocasses. Elle s’imbrique parfaitement dans l’histoire et ne vire jamais dans le gnian-gnian.
 
Bon alors comme une critique n’en est pas une sans point négatif (et aussi parce qu’il me semble impossible de ne pas en trouver) voici le seul que j’ai pu relever (encore une fois ceci n’implique que mon propre ressenti) :
 
Les vampires. Alors bon je suis un aficionado des vampires classiques à la Dracula, certes, mais ici ce qui m’a le plus dérangé, ce n’est pas tant le fait qu’ils soient « moderne » que le fait qu’ils semblent n’être là en réalité que par prétexte pour coller au genre. Il m’a semblé que si cela avait été n’importe qu’elle autre créature surnaturelle ça aurait été pareil.
 
Bon voilà, je ne vois plus rien à rajouter. Vous aurez noté qu’a aucun moment je ne parle du sujet (pas de résumé rapide) ceci dans l’unique but d’éviter tout spoil pour celles, et ceux, qui souhaiteraient lire ce roman et qui tomberaient sur mon avis en premier lieu.
Je terminerai donc en disant que ce roman fera parti de ceux que je recommanderai volontiers à n’importe qui voulant lire une histoire sympa qui se trouve bien plus complexe qu’elle ne parait aux premiers abords écrite dans un style facilitant la lecture (pas de tournure alambiquées version maitre Yoda et langage accessible à tous).


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte