Neverwhere de Neil Gaiman



Londres, un soir comme tant d'autres. Richard découvre une jeune fille gisant sur le trottoir, l'épaule ensanglantée. Qui le supplie de ne pas l'emmener à l'hôpital ... et disparaît dès le lendemain. Pour Richard, tout dérape alors : sa fiancée le quitte, on ne le reconnaît pas au bureau, certains, même, ne le voient plus ... Le monde à l'envers, en quelque sorte. Car il semble que Londres ait un envers, la "ville d'En Bas", cité souterraine où vit un peuple d'une autre époque, invisible aux yeux du commun des mortels. Un peuple organisé, hiérarchisé, et à la tête duquel les rats jouent un rôle prépondérant. Plus rien ne le retenant "là-haut", Richard rejoint les profondeurs ...


Richard Mayhew fête son départ pour Londres avec des collègues. Il rencontre une vieille dame qui au départ le croit SDF. Il dit qu'il part pour Londres. Elle lui dit avoir vécu à Londres puis lui propose de lui lire la bonne aventure. Elle lui révèle qu'il a un long chemin à faire dans une Londres différentes et que çà commence par des portes et de s'en méfier.

Richard, notre héros est plutôt un suiveur. Il se laisse dominer par sa fiancée qui va jusqu'à l'habiller. Un jour, il lui tient tête afin de sauver une jeune fille blessée. Et là, sa vie bousculée du jour au lendemain. Il va découvrir un Londres insoupçonné et prendre des décisions ainsi qu'imposer ses choix. Ce personnage va se révéler à lui-même quand il change de monde. Il va apprendre à devenir une personne à part entière.
Porte, l'héroïne, est un personnage unique. Elle descends d'une famille qui peut ouvrir tout et n'importe quoi. Sa famille a été tuée et elle-même est poursuivie : elle garde son sang-froid. Elle sait s'entourer de gens confiants même si ceux-ci ont l'air louche comme le marquis de Carabas. C'est un personnage fragile et fort à la fois comme je l'aime. Sa force réside dans sa faiblesse car le meurtre de sa famille a pas été facile.

Neil Gaiman écrit avec de l’humour noir si particulier aux anglais. Ce roman de fantasy urbain va nous montrer un Londres entre l'univers punk et le médiéval fantastique. Son monde est régi par des castes comme au moyen-âge et certaines se servent de la magie. L'univers punk est dans la description vestimentaire des personnages. Je recommande ce livre à tous les amateurs d’humour anglais se passionnant de fantasy.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte