Le malheur d'aimer de Claude Roy



Quand il revint, Anna n'était plus là, ni sa valise. Elle avait laissé un mot : "Je t'expliquerai un jour. Merci de tout. Love. Anna." Il descendit en courant au bureau de l'hôtel. Il y avait un train pour Paris à 18h36. Il était 18h34. Quand il arriva à la gare, le train était parti. Il ne revit jamais Anna.


Le roman commence par Alain partant en expédition pour tourner un film documentaire. Il raconte les raisons de départ de chacun de ses équipiers. Alain est éthnographe (ethnographie : branche des sciences humaines qui a pour objet l'étude descriptive de la vie d'un groupe humain déterminé), il explique son métier au plus jeune membre de son équipe. À la suite d'un incident, il doit descendre du bateau emmenant son équipe et part pour Paris en train pour trouver un financement. Il y rencontre Anna...

Voici une histoire d'amour que n'importe qui pourrait vivre. Un de ces amours qui fait que l'on oublie tout l'espace d'un instant. L'auteur dit quelque chose de très juste au début du roman : "Si nous étions immortels, peut-être n'aurions-nous jamais songé à aimer : nous prendrions notre temps, rien ne nous retiendrait. ... Il y a au fond de tous nos attachements la certitude que nous en serons un jour détachés. L'amour est une invention de la mort."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte