Symfonia : ouverture de Manon Toulemont



"A présent, la Nuit.

Étincelant comme la promesse de sauvages délices, le croissant argenté de la Lune luisait au sein du ciel noir de Paris. Sous le ténébreux voile céleste, les êtres nocturnes commençaient à peine de s'agiter tandis que les diurnes regagnaient leurs abris.

Pacôme regardait dehors. Il lui semblait que la Lune, là-haut, lui murmurait en continu de sombres litanies. Cette nuit serait la Nuit."

Il y a les prédateurs, qui tuent pour se nourrie ou assouvir leurs irrépressibles pulsions. Et il y a les magiciens dont les dons s'expriment à l'encontre de leur volonté, les plongeant dans un destin hors du commun, au cœur d'un engrenage macabre et paranormal.
Aucun de ces cinq jeunes adultes d'exception n'imagine à quel point le cours de sa vie est sur le point de basculer.


Paris, la nuit. Pour Pacôme, c'est sa Nuit. Il sort dès que sa sœur s'est endormie. Il a revêtu son seul et unique costume. Il sait où il se rend. Du coté, de la station Abbesses, il va traquer sa proie. Il approche et lui propose son aide. Puis, il l'emmène vers sa dernière demeure en empruntant la rue André-Antoine ...
Non loin de là, se déroule un anniversaire. Olympe y assiste pour son ami Antoine même si elle rêve d'en partir le plus rapidement possible. Lors d'une partie de fléchette, elle réussit l'exploit de mettre tous les fléchettes au centre emboitées les unes dans les autres. Elle s'en va après l'ouverture des paquets. Au 22 de la rue André-Antoine, elle sent une présence avec une respiration rauque et excitée ... 

Il y a Pacôme, un vampire, qui vit avec sa sœur Alice. Il chasse pour survivre mais il commet beaucoup d'erreurs. Alice, elle, entends une voie dans son intérieur, qui la poussera vers une mauvaise destinée.
Ensuite, nous avons Olympe, qui ressent certains événements et commet des actes étranges.
On repasse ensuite sur un prédateur. Il se nomme Ange, c'est un siroy (le masculin de la sirène) qui tue pour se faire des œuvres d'art.
Enfin, Joseph qui lui a des visions. Il se retrouve d'abord en présence de Pacôme puis de Ange. Pour l'un des deux, il en déjouera ses plans.

En dehors de ces héros, il y a le professeur Henri Tubert dirigeant l'Institut Evnôm qui regroupe les enchanteurs et enchanteresses, anges, sorcières, métamorphes, télépathes ...
Et de l'autre, il y a le général Durand dirigeant l'école nommée Dragon Rouge regroupant les prédateurs : gargouilles, succubes, lycanthropes, ambus, vampires, sirènes ...
Chacun monte son clan pour un avenir qui ce verra certainement dans un tome ou deux.

Je n'ai pas aimé ce livre car on se perds au milieu de tous ces personnages. Les chapitres sont beaucoup trop long. La découpe de l'histoire est trop aléatoire. De plus, l'histoire est avant tout centrée sur Pacôme. Le reste des personnages prends son importance dans les dix dernières pages. L'auteur écrit sur un rythme syncopé difficile à tenir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte